droit d’auteur



  1. Proposition de loi visant à consacrer, élargir et garantir le domaine public

    J’ai co-organisé le jeudi 31 octobre 2013 un colloque à l’Assemblée nationale consacré au Domaine public. Je remercie encore une fois tous les participants, et notamment les co-organisateurs membres du collectif SavoirsCom1. Ils ont contribué, par leurs échanges approfondis, à enrichir ma réflexion à ce sujet. Ils m’ont aussi définitivement convaincue de l’importance de légiférer pour mieux protéger le domaine public. …

    Lire la suite
  2. Question à Vincent Peillon : améliorer le cadre juridique de l’exception pédagogique au droit d’auteur

    Question posée par Isabelle ATTARD à Vincent PEILLON le 27 février 2013.  M. le président. La parole est à Mme Isabelle Attard.Mme Isabelle Attard. Monsieur le ministre, l’article 55 de votre projet de loi pour la refondation de l’école prévoit une modification positive du code de la propriété intellectuelle. Le lien entre l’éducation et le code de la propriété intellectuelle peut paraître ténu, il est pourtant bien réel. Le député Jean-Michel Fourgous a rendu en février 2012 un rapport sur l’innovation des pratiques pédagogiques par le numérique et la formation des enseignants. Il s’y trouvait une mesure forte : la création, dans le système juridique du droit d’auteur, d’une exception pédagogique facilitatrice et durable.Le principe de l’exception pédagogique au droit d’auteur existe déjà dans le code de la propriété intellectuelle. Que nos enseignants et nos chercheurs puissent utiliser des œuvres de l’esprit dans le cadre de leurs cours est donc déjà reconnu comme important. C’est un usage normal et il serait aberrant de demander à toute école de payer un artiste à chaque usage d’une œuvre par un enseignant. Mais ce principe d’exception est lui-même limité par de nombreuses exceptions. L’article 55 de votre projet de loi prévoit de lever l’interdiction d’usage d’œuvres réalisées pour une édition numérique.Je vous félicite de cette décision, mais de nombreux points de blocage demeurent, laissant nos enseignants et nos chercheurs dans une incertitude juridique insupportable. Par exemple, cette exception pédagogique est aujourd’hui compensée par une rémunération négociée sur une base forfaitaire. Deux problèmes sont nés de ce principe. D’une part, les négociations ont parfois duré plus d’un an, faisant perdurer le vide juridique d’autant. D’autre part, leur objet a débordé du simple cadre de la rémunération pour inclure de nouvelles limitations à l’exception. Ces nombreuses limitations contractuelles ont inutilement compliqué la tâche des enseignants, à tel point qu’il faut à présent une solide formation en droit pour savoir ce qui est légal et ce qui ne l’est pas.Pouvez-vous nous dire, monsieur le ministre, si vous comptez encore améliorer le cadre juridique de l’exception pédagogique au droit d’auteur, comme nous vous l’avons proposé par de nombreux amendements ? …

    Lire la suite